mercredi 18 mars 2015

La « destinée manifeste »
Un génocide ethnique au nom de Dieu

(La démocratie en question)
Par les trahisons répétées de nos élus,
depuis un demi siècle l'histoire de la France
est intoxiquée par celle de l'Amérique.
Pour en finir avec les tromperies des candidats,
il faut refuser les élections, toutes les élections.


Il était une fois... l'Amérique... et sa foi en Dieu... pour sanctuariser son projet hégé­mo­nique de conquérir le monde, pour le soumettre et imposer à tous les peuples un modèle de société unique, prétendu universel et supérieur à toutes les civilisations.

L'hypocrisie est aujourd'hui démasquée : sous couvert d'instaurer la paix sur la planète, les États-Unis d'Amérique nourrissent depuis toujours ce complot colonialiste, inscrit dans les gènes de l'Amérique depuis son origine.

L'histoire a commencé vers 1840 avec la conquête de l'ouest du continent nord- américain, devenu depuis les États-Unis d'Amérique.

Les déportations des Amérindiens ayant survécu aux massacres perpétrés par les unités militaires britanniques ont été justifiées par deux idéologies dominantes : la théorie de la « race supérieure » d'une part, et une théorie fumeuse avancée par les « pseudo-humanistes » d'autre part.

La théorie de la « race supérieure » prétend que les peuples « inférieurs » disposent de la terre pour une durée limitée (trust, dans le droit anglo-saxon), jusqu'à ce qu'une « race supérieure » arrive et s'en empare pour une meilleure productivité. Les humanistes défendent une autre théorie tout aussi saugrenue et insidieuse selon laquelle le déplacement des Indiens les éloignerait des mauvaises influences et les aiderait à préserver leur culture. Aucune de ces théories ne prend en compte le lien intime des Amérindiens avec leur terre, ni l'effet mortifère du déracinement social et physique. Par exemple, les tribus dépendaient d'animaux et de plantes locales, pour des usages alimentaires, médicinaux et culturels, qu'elles ne retrouvent plus dans la région où elles sont déportées.

La Destinée manifeste est la croyance que les États-Unis auraient reçu de Dieu la mission de dominer la région allant de la côte atlantique à la côte du Pacifique. Ce concept est apparu avant l'indépendance des États-Unis, mais le terme est inventé par le journaliste John O'Sullivan en 1845, et devient le cri de ralliement des expansionnistes dans les années 1840. Il est une justification morale et religieuse tout autant que politique et économique pour la conquête, sans égard pour les conséquences sociales et légales vis-à-vis des Amérindiens. Implicitement, cette position suppose que les Américains prétendent remplacer dans l'Ouest toute nation étrangère ou tribu amérindienne, avec la bénédiction de Dieu. Dans l'un de ses articles, O'Sullivan écrit : « Plus loin, plus loin avec tout cet ensemble de droits à la découverte, à l'exploration, à la colonisation, la continuité, etc. La revendication américaine est, de par la légitimité conférée par la Destinée manifeste, de pouvoir nous répandre et posséder tout le continent que la Providence nous a donné pour le développement de la grande expérience de liberté et d'autonomie fédératrice qui nous a été confiée ».

Deux siècles plus tard, la destinée manifeste reprend du service : l'Amérique entreprend d'étendre son empire au monde entier. Après la Société des Nations de 1919, sous l'impulsion de Roosvelt est fondé en 1945 l'Organisation des Nations unies (ONU), à San Francisco. L'objectif officiel étant la sécurité internationale, le développement économique, le progrès social, les droits de l’homme et la réalisation à terme de la paix mondiale, Roosevelt devenait (post-mortem) le « sauveur du monde »... Mais pour assurer la paix dans le monde, il fallait une force militaire... souvenez-vous : pour légitimer la guerre, voire lui donner un caractère « sacré », on dit qu'on fait la guerre pour la paix... Pour la paix ! Et les peuples applaudissent naïvement, convaincus de l'honnêteté des responsables politiques. Ainsi fut créée en 1949 l'OTAN, s'appuyant sur la signature à Washington le 4 avril 1949 du Traité de l'Atlantique Nord concluant à l'Alliance atlantique pour une organisation politico-militaire de sécurité collective.

En réalité, l'OTAN a surtout permis de répandre dans le monde l'idée que le seul salut des peuples était de se conformer au modèle de la société américaine, ou si non, mourir...

Le gouvernement actuel de la France ne fait que poursuivre la politique des précédents, soumis à l’impérialisme des USA dont il n’est qu’une simple et obéissante courroie de transmission.

La grande illusion, c'est de croire que les politiques représentent le peuple qui les a élus, alors qu'ils sont les sbires d'un pouvoir extérieur à la France. Ils sont la réincarnation du pseudo-pouvoir de Pétain, qui n'avait que le pouvoir... d'obéir aux nazis.

Quand les Français refuseront – par une abstention massive – d'élire les traîtres, la France aura une chance de retrouver ses couleurs. La démocratie pourra (enfin !) s'instaurer, avec des représentants du peuple choisis parmi tous les citoyens. Aucun ne pouvant prétendre être supérieur aux autres, les représentants seront désignés pour une duré limitée par tirage au sort, avec droit de rétractation et de révocation.

Quelques liens et références :
  Qu'est-ce que la démocratie ?
  Wikipédia :


La démocratie en question
Paul Dussert
Paul Dussert

Aucun commentaire:

Publier un commentaire