lundi 16 janvier 2017

Paix sociale ou insoumission...?   Soumets-toi, et tais-toi...?


(Le billet de Loup Rebel)
La classe dominante a longtemps cru qu'elle pourrait
instaurer la paix sociale par une simple injonction :

Soumets-toi, et tais-toi !


Si la classe dominante a longtemps cru qu'elle pourrait instaurer la paix sociale par cette injonction, "soumets-toi, et tais-toi", c'était sans compter avec la violence des inégalités imposées par cette exigence de soumission pour conserver les privilèges des dominants sur les dominés. Et ne croyez pas que réduire les inégalités serait une condition suffisante pour assurer la paix sociale. Car réduire, ce n'est pas supprimer.

Parler d'égalité entre tous et œuvrer pour le maintien des privilèges est l'imposture politique de TOUS les gouvernements. 
Non, réduire les inégalités ne fait que donner bonne conscience à la classe dominante, qui espère ainsi imposer de façon autoritaire, encore une foi, une apparente paix sociale tout en maintenant les inégalités.
Dans la réalité, la paix sociale ne sera acquise que lorsque les inégalités seront totalement éradiquées.

Exercer l'autorité produit l'effet contraire de celui attendu pour instaurer la paix sociale. L'autorité est l'affirmation de la plus grande inégalité, celle qui divise la société en donnant un statut social différent aux uns et aux autres. Le fondement de l'autorité affirme que des individus sont supérieurs aux autres, et que cette supériorité leur confère un droit de domination et de soumission.

C'est tout simplement inacceptable.


Des voix s'élèvent alors pour demander :
« Mais quelle serait l'alternative capable de remplacer cette imposture démocratique et politique par une organisation sociale garantissant à la foi l'égalité entre tous et la liberté de tous ? »
Le seul projet capable d'instaurer la paix sociale, c'est celui des anarchistes. Car l'exercice du pouvoir est l'affirmation d'une inégalité ségrégationniste, pour ne pas dire raciste, entre les dominants et les dominés, les premiers se prétendant supérieurs aux seconds.

L'anarchisme, c'est la "bête noire" qui fait peur à la classe dominante, et il y a de quoi leur faire peur, à ces voyous, car ils y perdront leurs privilèges et leurs biens mal acquis.

Essayons de définir l'anarchisme en quelques lignes compréhensibles par tous :
L'anarchisme est un courant politique développé depuis le XIXe siècle sur un ensemble de fondements et de pratiques d'égalité sociale non autoritaires. Il ne peut y avoir de paix sociale tant que des inégalités divisent la société. L'Histoire montre que l'autorité de quelques-uns sur les autres est le premier facteur d'inégalité et de division de la société, les dominants d'un côté, et les dominés de l'autre. La lutte des classes qui en résulte entre dominants et dominés est donc bien la principale cause du désordre social.

Ainsi, contrairement à la croyance entretenue par la classe dominante, la paix sociale ne peut être acquise que par l'abolition de toute autorité, car l'autorité est l'une des sources principales du chaos social.

Le terme libertaire est souvent utilisé comme synonyme, ce qui en souligne le caractère égalitaire de l'organisation sociale des anarchistes.

Le second pilier sur lequel se fonde l'anarchisme est l'abolition de la propriété privée, également source d'inégalités et de division de la société, les possédants d'un côté, les démunis de l'autre. Propriété et autorité vont de paire, la classe dominante étant aussi celle qui possède. Sans la propriété, la convoitise et le vol n'existent plus, les prisons se vident, et l'autorité n'est plus le privilège de quelques-uns, mais devient le fait de chacun et de tous.

Fondé sur la négation du principe d'autorité et de propriété dans l'organisation sociale, l'anarchisme incarne le refus de toute contrainte découlant des institutions basées sur l'autorité et la propriété, dans le but de développer une société sans domination et sans exploitation, où les individus-producteurs coopèrent librement dans une dynamique d'autogestion et de fédéralisme.

Aujourd'hui, qui sont les fossoyeurs de la paix sociale ?

À n'en point douter, ce sont les deux plus grandes mafias mondiales. Deux organisations criminelles qui se soutiennent l'une l'autre pour dépouiller la planète et ses habitants :
  • Le capitalisme, défenseur de la propriété lucrative.
  • Le gouvernement et son autorité, défenseur du capitalisme.
La paix sociale réside dans la disparition de ces deux fossoyeurs que sont le capitalisme et le gouvernement, artisans criminels des inégalités, des guerres civiles, et des guerres entre les peuples.

En guise de conclusion...
  • L'anarchiste qui prétend à la liberté ne peut être qu'une personne consciente de l’existence des autres, responsable, autonome, et sans déterminisme autoritaire.
  • Et il faut surtout rappeler ce que l'anarchie N'EST PAS :
    • Ce n'est pas le chaos,
    • Ce n'est pas la destruction de l'ordre,
    • Ce n'est pas la suppression des règles.
  • Ça, c'est ce que voudraient faire croire les défenseurs du pouvoir, habiles et rusés pour détourner et corrompre le sens des mots.



Loup
Loup Rebel
Loup Rebel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire