dimanche 17 mai 2015

La vérité n’est pas toujours ce que tu crois,
quand la conspiration n’en est pas une...


(Le billet de Loup Rebel)
• Qui parle de “conspiration” ?
• Et pour stigmatiser qui ?

“Il a dit la vérité,  il doit être exécuté”

Ces paroles de Guy Béart sont hors du temps, toujours d'actualité.
A écouter et réécouter sans modération.
Si tu entends ricaner lorsque tu dis quelque chose de sensé, c’est probablement que tes propos sont porteurs d’une vérité qui dérange les bien-pensants... Avec toute l’arrogance de l’ignorance, ils te diront avec mépris que tu es “conspirationniste”.

Le mépris est une arme redoutable pour disqualifier un “porteur de vérité” qui dérange. Alors ils utilisent “frauduleusement” le mot conspiration, après en avoir détourné le sens originel (voir la définition officielle du mot ► conspiration)

Le mot “conspiration“ est utilisé indûment pour décrédibiliser la vérité : c’est une contrefaçon linguistique (une de plus), exploitée par les politiques et relayée par les intoxiqués de la télé qui gobent les mensonges et autres sornettes des gangsters au pouvoir.

Ainsi, est taxé de “conspirationniste” tout récit “alternatif” qui contredit de manière significative le récit “officiel” d’un événe­ment.

Par exemple :
  • Dans son allégorie de la caverne qui remet en cause les certitudes de son temps, Platon serait aujourd’hui cloué au pilori du conspirationnisme.
  • Lorsqu’il a avancé la thèse héliocen­trique, Galilée défiait la lecture “offi­cielle” du monde de son époque. On parlerait aujourd’hui d’une “conspi­ration” contre la Bible... Or là, en l’occur­rence, le pouvoir ecclésiastique de l’époque se trouvait dans le négation­nisme, car c’est au IIIᵉ siècle av. J.-C. qu’Ératosthène apportait la preuve que la terre était sphérique, en même temps que celle de l’hélio­cen­trisme de notre système solaire (►lien Wikipédia). Platon, sans le démontrer, affirmait 2 siècles plus tôt déjà que la terre était ronde.

Qui accuse-t-on de “conspirationnisme” ?

Aux yeux des dirigeants politiques, les “conspirationnistes” sont les citoyens qui s’opposent à la toute-puissance de l’État (sic). Mais... le principe de la démocratie n’implique-t-il pas que l’État, c’est nous, les citoyens ? L’État, dans une démocratie, ce n’est pas ceux qui sont supposés nous représenter. Donc, on ne voit pas comment un citoyen pourrait s’opposer à lui-même... En réalité, ledit “conspirationniste” s’oppose aux instances qui le représentent et qui cherchent à imposer “leur récit” des faits, refusant tout contrôle par les citoyens quant aux faits rapportés dans le récit qui en est proposé.
Quand dire la vérité est devenu un crime

Bienvenue dans ce monde ou la vérité est un crime , où le système se défend,
et dans cette réalité ou les lanceurs d'alerte sont importants
Pour faire court, l’accusation de conspirationnisme est une critique facile qui ne coûte rien à celui qui la porte. Une allégation de ceux qui ne veulent pas que tu réfléchisses à ce qui se passe vraiment.

À toi de voir ce que tu veux en faire.


Loup
Loup Rebel
Loup Rebel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire