mardi 24 juin 2014

Comprendre l'angoisse

ses origines, ses symptômes et leurs conséquences

(Paroles de Psy)
Dossier e-book PDF chez Edit-Auteur.fr...
Ce dossier présente une synthèse de l’angoisse pathologique, de ses origines à ses conséquences sur la santé psychique et physique. La représentation de l’appareil psy­chique utilisé est celle de la topique freudienne : le moi, le ça, le surmoi, et l’idéal du moi (introduit par Freud en 1920). Ce paradigme du psy­chisme a été repris et déve­loppé par Lacan dans ses séminaires de 1953 à 1962. 

L’échec des mécanismes de défense est à l'origine de l'angoisse
Les symptômes varient, selon que l'échec est partiel ou total

Plan du dossier « Comprendre l'angoisse » :
Chap.1 : Définition de l’appareil psychique et sa représentation.
Chap.2 : Les mécanismes de défense primaires, autistiques et psychotiques.
Chap.3 : Les mécanismes de défense élaborés : les névroses.
Chap.4 : Psychopathie et perversion.
Chap.5 : Somatisations des mécanismes de défense, hypocondrie et hystérie.
Contenu du dossier
• Les origines de l’angoisse, ses symptômes et leurs conséquences
1. Définitions préliminaires
Tableau de l'appareil psychique
1.1 L’inné est totalement contenu dans le ça
1.2 Émergence du surmoi entre 3 et 5 ans (stade phallique de la topique freudienne)
1.3 Émergence de l'idéal du moi
1.4 Définition du moi et sa construction depuis la naissance
1.4.1 Le moi et le stade du miroir (vers le huitième mois)
1.4.2 Autonomie du moi au stade anal
1.4.3 Affirmation du moi (après le stade anal)
• Représentation dynamique de l’appareil psychique
2. L’angoisse : c’est l’échec partiel ou total des mécanismes de défense
2.1 Mécanismes de défense du moi
2.2 Mécanismes de défense autistiques   
2.3 Mécanismes de défense psychotiques
2.4  Mécanismes de défense névrotiques
2.5 Mécanismes de défense vers la perversion
3. Psychopathie et perversion
3.1 Aspect relationnel
3.2 Quelques un des mécanismes de défense vers la perversion8
4. Somatisations des mécanismes de défense : l’hypocondrie
4.1 Aspects cliniques
4.2 Aspects psychodynamiques
4.3 Conduite hypocondriaque
Annexe I : Texte de Sigmund Freud
• Lorsque le moi s'efforce d'échapper à la réalité
Annexe II : le « soi »
• Définition du « soi » selon les courants de pensée
Annexe III : le « self »
• Concept du self selon Donald Woods Winnicott
• Définition du faux-self selon Winnicott
• Interprétations nuancées entre le self et le soi
Le dossier « Comprendre l'angoisse » est disponible chez l'éditeur (suivre le lien)
Les annexes au dossier « angoisse »
Annexe I : Texte de Sigmund Freud
Lorsque le moi s'efforce d'échapper à la réalité
« Gardons-nous de penser que le fétichisme constitue un cas exceptionnel de clivage du moi, non, mais il nous offre une excellente occasion d'étudier ce phénomène. Revenons au fait que le moi infantile, sous l'emprise du monde réel, se débarrasse par le procédé du refoulement des exigences pulsionnelles réprouvées. Ajoutons maintenant que le moi, durant la même période de vie, se voit souvent obligé de lutter contre certaines prétentions du monde extérieur ressenties comme pénibles et se sert, en pareille occasion, du procédé du déni pour supprimer les perceptions qui lui révèlent ces exigences. De semblables dénis se produisent fréquemment, et pas uniquement chez les fétichistes. Partout où nous sommes en mesure de les étudier, ils apparaissent comme des demi-mesures, comme des tentatives imparfaites pour détacher le moi de la réalité. Le rejet est toujours doublé d'une acceptation ; deux attitudes opposées, indépendantes l'une de l'autre, s'instaurent, ce qui aboutit à un clivage du moi. Ici encore l'issue doit dépendre de celle des deux qui disposera de la plus grande intensité.
Le clivage du moi, tel que nous venons de le décrire, n'est ni aussi nouveau, ni aussi étrange qu'il pourrait d'abord paraître. Le fait qu'une personne puisse adopter, par rapport à un comportement donné, deux attitudes psychiques différentes, opposées, et indépendantes l'une de l'autre, est justement un caractère général des névroses, mais il convient de dire qu'en pareil cas l'une des attitudes est le fait du moi tandis que l'attitude opposée, celle qui est refoulée, émane du ÇA. La différence entre les deux cas est essentiellement d'ordre topique ou structural et il n'est pas toujours facile de décider à laquelle des deux éventualités on a affaire dans chaque cas particulier. Toutefois, elles ont un caractère commun important : en effet, que le moi, pour se défendre d'un danger, dénie une partie du monde extérieur ou qu'il veuille repousser une exigence pulsionnelle de l'intérieur, sa réussite, en dépit de tous ses efforts défensifs, n'est jamais totale, absolue. Deux attitudes contradictoires se manifestent toujours, et toutes deux, aussi bien la plus faible, celle qui a subi l'échec, que l'autre aboutissent à des conséquences psychiques. Ajoutons encore que nos perceptions conscientes ne nous permettent de connaître qu'une bien faible partie de tous ces processus ».
________________________________________
Annexe II : le « soi »
Définition du « soi » selon les courants de pensée 
(Jung, Mélanie Klein, Lacan, École de Palo Alto et analyse systémique)
[...] lire la suite dans le dossier e-book PDF disponible chez l'éditeur...
Le dossier « Comprendre l'angoisse » est disponible en suivant ce lien :

___________________________________________
Paul Dussert    
Votre Psy en ligne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire