dimanche 20 septembre 2015

La France est gouvernée
par des crapules méprisables


(Le billet de Loup Rebel)
Prosélytisme religieux,
prosélytisme laïc,
zéro différence, c'est toujours
du prosélytisme politique.

Commençons par consulter la définition des trois mots clefs invoqués ici, et voyons comment ils sont liés entre eux :
   • les crapules (qui gouvernent la France),
   • la propagande,
   • le prosélytisme.

Prosélytisme : zèle ardent déployé pour recruter des adeptes.
  • Vrai pour les religions
  • Vrai pour les partis politiques
  • Vrai pour les candidats à une élection
Plus de détail sur la définition du prosélytisme :
►Prosélytisme sur Wikipédia 
►Prosélytisme sur CNTRL 

Propagande : Action systématique exercée sur l’opinion publique pour l’amener à accepter certaines idées ou doctrines.
  • Vrai en politique
  • Vrai dans les médias
  • Vrai dans les religions
Plus de détail sur la définition de la propagande :
►Propagande sur Wikipédia 
►Propagande sur CNTRL 

Crapule : Individu sans scrupules et malhonnête.
  • Vrai pour les chefs d'État
  • Vrai pour les ministres
  • Vrai pour les hommes politiques en général
  • Vrai dans les démocraties représentatives
Plus de détail sur la définition d'une crapule :
►Crapule sur CNTRL 

Depuis la publication de la photo d'un enfant noyé sur une plage, l'actualité nous invite à revisiter l'histoire de notre chère France. On serait tenté de se rendre à Poitiers, d'y convoquer Charles Martel, et qu'il nous raconte comment il a créé la légende de la bataille qui fit de lui un héros en ce premier samedi du mois de ramadan de l'an 114 de l’Hégire, soit le samedi 25 octobre 732.
Ceux qui sont tentés par ce voyage dans le passé, c'est par ici :
►La bataille de Poitiers

Pas de doute, la propagande politicienne existait déjà sous Charles Martel. Elle remonte à la nuit des temps, dès le jour où un homme a décidé de dominer les autres.

Si Voltaire raille les exagérations autour des récits "propagandistes" de la bataille de Poitiers dans son "Essai sur les mœurs" lorsqu'il écrit « Sans Charles Martel, la France eut été une province mahométane », c'est pour le regretter « au regard des siècles d'obscurantisme chrétien », selon lui.

Au XIXe siècle, le patriotisme français voit dans la bataille de Poitiers un événement fondateur de la Nation, et les anticléricaux préfèrent Charles Martel à Clovis, trop associé à l’Église. La conquête des colonies en Terres musulmanes popularise également la victoire contre des musulmans.
À la fin du XIXe siècle, la bataille de Poitiers est également célébrée comme la capacité de la France à bouter du pays tout envahisseur hors de ses frontières, à l'heure où l'occupation de l'Alsace-Lorraine suscitait une vive rancœur, l'ennemi n'étant plus ici arabe, mais allemand. Outre-Rhin et en Angleterre, à l’heure des théories raciales, cette victoire d’Européens sur des Africains est aussi revendiquée par les Anglais et les Allemands, ces derniers rappelant que les Francs étaient un peuple germanique. À partir de ce siècle, l'année 732 est présentée comme moment de la construction nationale et l'école de la IIIe République exalte l'épisode tout en évacuant l'aspect chrétien et européen des discours antérieurs.

Il y a aussi la "contre-propagande", le prosélytisme négationniste :
Selon Nas E. Boutammina, "La bataille de Poitiers n'a jamais eu lieu". Il en a fait le titre d'un de ses livres. Un négationnisme qui en rappelle d'autres, plus récents...
Voici ce qu'il écrit :
« Charles Martel et Poitiers connaissent un regain de popularité avec les croisades, les thèmes de la défense de la chrétienté, de la défense de la foi, de victoire sur l’infidèle ayant alors plus d'échos. La victoire de Charles Martel à Poitiers sera rappelée et mythifiée par les chroniqueurs du XIVe siècle après la défaite de Jean II le Bon en 1356... à Poitiers aussi ! Et au XVIe siècle, au moment où l’Empire ottoman menace l’Empire de Charles Quint. On peut aussi évoquer l’épée de Charles Martel, miraculeusement retrouvée par Jeanne d’Arc à Sainte-Catherine-de-Fierbois. »

C'est ainsi que la légende de Charles Martel à Poitiers s'est transformée en symbole, selon les besoins et la cause du moment.

Aujourd'hui comme hier, le rôle des médias est de transformer le réel en symbole, religieux ou laïc, pour servir le pouvoir et justifier les guerres de pillage et de conquêtes.
Le prosélytisme n'est finalement pas autre chose que l'instrument de la propagande pour faire accepter au peuple les actes criminels commandités par le pouvoir en place, qu'il soit religieux ou laïc, la laïcité étant aussi une religion, fondée sur les croyances laïques.



La chronique de Loup Rebel
Loup Rebel
Loup Rebel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire