samedi 10 janvier 2015

Être ou ne pas être Charlie Hebdo ?

(par An’ Archy)
Quelles suites à attendre après l'attentat
perpétré le 7 janvier 2015 contre Charlie Hebdo ?


Derrière cet attentat à la liberté d'expression, une autre forfaiture attentatoire à la liberté de penser poursuit son chemin, insidieusement, sournoisement, au risque de conduire les Français vers une société décérébrée, totalement soumise au dictât de la pensée unique.


Tu as des doutes ?

Eh bien ! voyons comment les médias (internet inclus) permettent au pouvoir politique de confisquer notre libre pensée, en nous abreuvant de discours sur ce qui se passe ici, et ailleurs dans le monde :

Nous arrivons actuellement à un tel taux de désinformation par les voies auxquelles nous sommes les plus accoutumés – presse, radio, TV, internet – que rester lucide face à cette avalanche de données qui cachent leurs enjeux est un véritable défi à relever pour la conscience.

Jamais en effet dans l’histoire de l’humanité, nous n’avons reçu autant de messages envoyés sciemment avec l’intention de nous influencer au service d’intérêts cachés.

Avoir un haut niveau d’études ne met pas forcément à l’abri du manque de discernement.

Il incombe à chacun de redéfinir quelle est l’utilité d’une information :
  • À quoi sert une information ?
  • Qu’est-ce qu’une information ?
  • Pourquoi une information plutôt qu’une autre ?
  • Quels sont les critères qui font qu’un événement qui arrive mérite de devenir une information ?
  • Suis-je en accord avec ces critères ?
  • Étaient-ce bien là mes valeurs ?
En faisant l’impasse sur ces questionnements, fondamentaux et exigeants, nous risquons de devenir les pantins d’un dispositif d’information qui choisit à notre place ce que nous devons savoir ou ignorer et quel sens nous devons donner à tel ou tel événement.

Face à l’apparente complexité du monde engendrée par la mondialisation, quelle perte de pouvoir personnel pour chacun ?

Le sens de ce qui se passe dans ce Nouveau monde peut-il émerger de l’intérieur de nous-mêmes, ou bien faut-il déléguer à des spécialistes le soin d’extraire ce sens, et avec quels risques ?

Dans ce contexte, nos « modes de penser » peuvent être aisément instrumentalisés et manipulés pour favoriser le déni de la réalité, ce réel auquel nous n'avons accès qu'à travers les récits qu'en font les médias. La compréhension « par soi-même » du monde dans lequel nous vivons nous échappe.

Ériger les connaissances scientifiques actuelles par nature provisoires en nouveaux dogmes religieux ne saurait nous protéger de la peur de l’incertitude.

Il semble bien que le besoin le plus urgent soit tout simplement celui de ne pas se laisser abuser par les promesses, les illusions, les flatteries, le charisme, les espoirs vains...

Et le besoin de sécurité ne saurait se satisfaire du « tout contrôle » : une caméra à chaque coin de rue, une puce électronique sur chaque carte d’identité, un radar tous les 20 km sur les grandes routes, un accès à l’historique de nos communications téléphoniques de plus en plus aisé aux services de police, un recoupement de plus en plus serré de tous les fichiers informatiques qui contiennent des données qualitatives, etc.

Face à ce constat, nous réalisons facilement qu’aucune disposition extérieure ne pourra faire taire nos angoisses et nos peurs. Déléguant notre pouvoir personnel en désignant des maîtres pour nous gouverner ne conduira qu'à engendrer d’autres peurs.

 La façon dont nous sommes manipulés par les médias pour adhérer aux injonctions du pouvoir est inqualifiable. Les Français semblent suivre scrupuleusement les consignes dictées par le chef d’État et ses sbires... les Français font ce qu'on leur dit de faire, et votent comme on leur dit de voter.

Pourtant...
en détournant un peu les paroles de Daniel Balavoine, on peu chanter avec lui :

Il n'est pas un héros
Ses faux pas lui collent à la peau
Il n'est pas un héros
Faut pas croire ce que disent les journaux
Il n'est pas un héros


Le « il », tu l'auras compris, désigne le candidat pour lequel tu t'apprêtes à voter.

Les gentils moutons continueront à déléguer leur pouvoir personnel en désignant des maîtres pour les gouverner... et organiser le chaos qui secoue actuellement notre pays, et le monde... convaincus, les gentils moutons, que les candidats au pouvoir sont des serviteurs du peuple.

Et toi ? que décideras-tu ?
  • Continuer de te donner l'illusion d'être un « bon citoyen » en suivant scrupuleusement les consignes données par les médias pour approuver le système en participant aux élections de tes maîtres ?
  • Ou bien affirmer ta liberté de penser et de décider par toi-même et pour toi-même ta destinée et celle de la France ?
Si tu choisis ta liberté et ton autodétermination, tu as l'occasion de l'affirmer dès les prochaines élections en te présentant à ton bureau de vote muni d'une pancarte sur laquelle tu affirmes ton refus du système.


toi tu es Charlie ?
moi je suis libre !
et je n'élie pas des maîtres
pour me gouverner et me spolier

_________________________________________________________
http://blog.louprebel.fr/2015/01/etre-ou-ne-pas-etre-charlie-hebdo.html
An’ Archy


Aucun commentaire:

Publier un commentaire